Menu

Découvrir Restom

L'anodisation pour les nuls, Motolégende

Publié le : 01/06/18 09:41:09 Restom dans la presse , Tutoriels Motolégende n°269 et 270 de juin et septembre 2015

L'anodisation pour les nuls (1)
Produits et préparation des pièces

Jusqu'à maintenant, l'anodisation des pièces en aluminium, et leur éventuelle coloration, était réservée aux professionnels. Mais Restom, leader français des produits de restauration, vient de sortir “Anodi Kit” afin que l'amateur puisse le faire lui-même. Nous l'avons testé pour vous...

L'anodisation est un traitement de surface qui protège, et colore éventuellement, les pièces en alliage d'aluminium ou en titane. Pour anodiser une pièce, on utilise un bain électrolytique qui dépose une couche d'oxyde d'alumine de cinq à 50 microns à la surface du métal. Cette couche d'alumine très dure (C'est le corindon utilisé dans les abrasifs), protège de la corrosion, augmente la résistance à l'usure et, de par sa porosité temporaire, permet d'emprisonner une coloration dans la matière. Elle est également isolante sur le plan électrique. Pour mener à bien la série d'opérations qui aboutit à l'anodisation et à la coloration, il faut utiliser plusieurs produits chimiques, quelques outils, et un générateur de courant continu. L'Anodi Kit contient tout ce qui est nécessaire : un litre de décapant pour l'alu, deux litres de produit de traitement électrolytique, une dose de colorant noir, une anode en titane, du fil de titane, un thermomètre digital, une cuve en plastique, une paire de gants en latex et un générateur de courant continu. Vous devrez juste acheter en plus cinq litres d'eau déminéralisée. Le kit de base, sans colorant coûte 120,50 €, avec colorant (bleu, or, rouge ou noir), comptez 149 €. Mais il faut ajouter le générateur de courant (129,50 €), à moins que vous optiez pour le kit complet (kit de base, colorant au choix et générateur) à 278,50 €. Pour cette démonstration, nous avons anodisé et coloré en noir un chapeau de carburateur de Honda des années 70. Nous traiterons ce sujet en deux chapitres. Rendez-vous donc dans le prochain numéro de Moto Légende, en kiosque le 14 août, pour la suite et fin de l'anodisation.

ATTENTION, ÇA DECAPE !

L'anodikit contient un litre de décapant pour Alu, l'AluDecap DDM 2050. Ce produit décape, dégraisse et désincruste l'aluminium, mais aussi le zarnac, le bronze et les alliages légers, même oxydés, et leur redonne leur aspect naturel d'origine. Il s'emploie pur par trempage sur les petites pièces, ou au pinceau sur les éléments de grande taille.

ANODI... QUOI ?

Le principal produit du kit est l'AnodiLyte 6200. C'est un électrolyte qui contient de l'acide sulfurique. les deux litres du kit entrent dans la préparation de la solution conductrice du courant électrique lors de l'anodisation des pièces en alu.

NOIR C'EST NOIR...

Après le décapage et l'anodisation, il faut colorer le métal. C'est le rôle du troisième produit du kit : l'AnodiColor. Le flacon de 100 ml permet de préparer plus d'un litre de colorant. Il existe en bleu, or, rouge ou... noir, teinte que nous avons choisie pour cet essai et certainement celle qui intéresse le plus les amateurs d'anciennes.

UN PEU LÉGER...

Qui dit bain électrolytique, dit cathode. Ce rôle est dévolu à une plaque de titane de 10 cm de côté qu'il conviendra de relier au pôle négatif du générateur de courant.

ENCORE PLUS LÉGER !

Le kit comporte aussi un mètre de fil de titane. Il sert à susprendre les pièces en alumininum dans l'électrolyte et à les relier au pôle positif du générateur. Attention, les points de contact entre pièces et fil de titane ne seront pas anodisés. Il convient donc de bien réfléchir avant de disposer les pièces dans le bain.

PLUS PURE, TU MEURS

Pour de simples raisons de frais de port prohibitifs, l'eau déminéralisée n'est pas fournie dans le kit. Il vous faudra donc en acheter un bidon de cinq litres (environ 4,50 €). Pourquoi une telle quantité ? Parce qu'elle entre dans la composition de l'électrolyte et du colorant, et qu'elle sert également aux différentes opérations de rinçage.

AH, C'EST TONE...

Non, ce n'est pas Le Tone de Top Gear France... mais simplement un bidon d'acétone... Son usage n'est pas obligatoire, mais comme la pièce à anodiser était particulièrement grasse, nous avons préféré la dégraisser à l'acétone avant de la plonger dans le décapant.

TRAVAILLEZ À LA GÉGÈNE...

Le générateur de courant continu est l'outil indispensable pour une anodisation. C'est lui qui dérive le courant à la bonne intensité tout au long de l'anodisation, intensité qui dépend de la surface de la pièce à anodiser. Son achat est assez onéreux, mais il est certainement possible de s'en faire prêter un quand on a un pote fan d'électronique. Très important, il doit être réglable en tentions (voltage) et en intensité (ampérage). Avec celui fourni en option dans le kit, il est possible de faire varier la tension entre 0 et 30 Volts avec une résolution de 100 mV, et l'ampérage entre 0 et 3 A avec une résolution de 10 m1. Ces valeurs et cette précision sont suffisantes pour le travail à effectuer.

9 COIN DES MATHEUX

La taille de la pièce détermine l'intensité de courant qu'il faudra sélectionner sur le générateur. Il faut donc la mesurer et exprimer sa taille en décimétres-carré (dm2). Attention, toutes les faces de la pièce seront anodisées. Pour une plaque, il faut par exemple prendre en consideration les deux côtés. Voici quelques cas usuels de calculs de surface (toutes les faces sont prises en compte) :
Carré = C2 × 2.
Rectangle = (L x I) x 2.
Triangle : B x H.
Disque = (π x R2) x 2.
Rondelle = 2 x [π x (Re2 - Ri2 )].
Cylindre plein = [2 x (π × R2)] + (2 x π × R x H).
Cylindre creux = (2 × π x Ri x H) + (2 x π x Re × H).
Sphère = 4 x π × R2.

Où C = côté. L = longueur. l = largeur. B = base. R = rayon. Re = rayon externe. Ri = rayon inteme. H = hauteur. π = 3,14.
Souvent, une surface totale est la combinaison de plusieurs surfaces simples. Pensez-y pour simplifier les calculs. Exemple, la surface d'un cube est égale à la somme des surfaces de ses six côtes : S = C2 x 6.
Voici quelques exemples de surfaces usuelles permettant d'estimer la surface d'une piece à anodiser :
carte à jouer = 1 dm2,
10 écrous de 10 mm = 1 dm2,
balle cle tennis = 1,3 dm2,
boîte d'allumette = 1,7 dm2,
canette de soda = 3 dm2,
feuille A4 = 12,5 dm2.

Notre capuchon du carburateur mesure 0,7 dm2.
Si vous anodisez plusieurs pièces en même temps, il faut additionner leurs surfaces.

ON ATTAQUE

Avant d'être anodisées, les pièces en alu ont besoin d'un minimum de préparation. Si la pièce est peinte ou vernie, il faut commencer par décaper son revêtement avec un décappant adéquat comme le Restom DKpant 4031. Mais on peut aussi choisir la voie mécanique et utiliser un disque à décaper.

FAUT QUE ÇA BRILLE !

À ce stade, il faut choisir le niveau de finition souhaité : brillant, satiné, brosse... Et adapter la technique au rendu désiré : brossage, polissage, microbillage, etc. Nous, on aime que ça brille ! Notez qu'il est impossible d'anodiser le zamac. D'autre part, la qualité de l'aluminium aura une incidence sur l'aspect final de l'anodisation. Pour obtenir un résultat identique sur un lot de pièces, il faut donc qu'elles soient constituées du même alliage. Sur une même moto, ça ne devrait pas poser de problème.

LE GRAS, C'EST L'ENNEMI

Plus par goût du travail bien fait que par réelle nécessité, nous dégraissons la pièce à l'acétone. En fait, l'étape suivante est en principe suffisante mais... on ne sait jamais... Et puis ça permet d'avoir une pièce très propre et de juger de son aspect avant de la traiter à l'Aludécap.

PRENDRE DES GANTS

À partir de maintenant, nous ne travaillerons plus à mains nues. ll faut enfiler les gants en latex fournis dans le kit, et ce pour deux raisons : nous allons manier des produits corrosifs et donc dangereux pour la peau, et nous allons manipuler des pièces qui ne doivent plus êtres polluées par le gras naturel de la peau.

ET GLOU, ET GLOU, ET GLOU...

Comme nous travaillons sur de petites pièces, nous allons les décaper par trempage dans de l'Aludécap pur. Muni de gants et de lunettes de protection, on verse le décapant dans un récipiant en Polypropylène (marquage PP) ou en Polyéthylène (marquage PE). Dans notre cas, une boîte alimentaire fait l'affaire et procure joie et bonheur à Madame...

PSCHITT ORANGE OU CITRON ?

On laisse tremper les pièces deux minutes.
En revanche, si elles ont déjà été anodisées précédemment, on les laisse tremper 15 à 20 minutes pour éliminer la couche d'anodisation. Notez le fort dégagement gazeux qui témoigne de l'action du produit.

POURQUOI T'ES TOUT PÂLE ?

À la sortie du bain de décapant, l'aspect de notre chapeau de carbu est peu engageant ! Rien de grave, il faut simplement le rincer pour éliminer totalement le produit. Conservez bien vos gants car toute trace de doigt se verrait sur le résultat final.

JUSTE UN DOIGT...

Ce premier rinçage s'effectue à l'eau déminéralisée. Idéalement, il faut travailler avec une pissette et arroser la piece, mais... nous n'en avons pas. Nous allons donc remplacer la douche par le bain... et nous servir d'un bol comme baignoire.

TREMPETTE

On verse juste la bonne quantité d'eau déminéralisée dans le bol et l'on y trempe la pièce que l'on agite. Comme nous ne pouvons pas l'arroser, on remplace l'eau plusieurs fois pour être sûr d'avoir éliminé tout le décapant. Dans notre prochain numéro, nous aborderons l'anodisation proprement dite et la coloration, avec toutes les étapes intermédiaires (réglages du générateur, préparation de l'électrolyte et de la solution colorée, branchements, etc.).

Motolégende n°269 et 270 de juin et septembre 2015

Retrouver les produits cités